.

Le mot et l'idée, XVI, §§ 5-6

.

DateEtymologieDéfinitions et remarquesImagesExemplesCorrections

.

§5

.

XVe siècleemprunté au latin 'canicula' diminutif de 'canis' (chien). Littéralement ce mot veut dire 'petite chienne [little bitch] avec référence à Sirius, l'étoile principale de la constallation du grand Chien. Par métonymie, 'canicule' désigne la période de chaleur pendant laquelle cette étoile se lève et se couche en même temps que le soleil, un sens qu'on trouve d'abord en 1660la caniculeUne periode de chaleur plus que normal. ATLes gens a conservé de l'eau pendant la canicule. ATLes gens ont conservé de l'eau pendant la canicule.--TG

.

1120du latin 'calor' (chaleur)la chaleurLa condition, l'état, ou la qualité d'être chaud. -CELa chaleur d'un désert peut tuer un homme si il n'a pas d'eau. -CELa chaleur d'un désert peut tuer un homme s'il n'a pas d'eau. HR

.

XVIIe siècleparticipe présent de 'accabler'accablantQuand il y a trop de quelque chose et c'est brutal. -RBOn ne pouvait pas courir en plein air parce que le soleil était trop accablant. -RB

.

1824de 'tropique'tropical

.

1496emprunt du latin 'torridus' (desséché, aride)torrideTrès chaud. -CLJe déteste le temps quand il fait torride. -CLJe déteste les fois quand il fait torride. -JHJe déteste le temps torride. -TR

.

l'été de la Saint MartinUn phénomène metrologique qui arrive pendant l'automne. Il fait beau et il y beaucop de soliel après les feuilles changent les couleurs. -HRLes enfants joueaient dehors tous les jours pendant l'été de la Saint Martin. -HRLes enfants jouaient dehors tous les jours pendant l'été de la Saint Martin. -CE

.

.

§6

.

1178de l'ancien français 'floc' (petite houppe de laine [little tuft of wool], issu du latin 'floccus' (flocon de laine)le floconUne petite pièce de la neige -TRLes enfants aiment attraper des flocons sur les langues. -TRAucun flocon n'a la même forme qu'un autre. -KG

.

1611probablement d'origin prélatine, avec deux bases : 'givro' et de 'gevero'. P. Guiraud voit un rapport au latin 'vibrare' (étinceler, briller), puiqu'au XIVe siècle on trouve le mot 'vivrée pour 'givre'le givre mince couche de glace qui se forme par cristallisation de l'humidité dans l'air--LXLa sentier est toujours couverte d'une couche de givre. --LXDans le matin en l'été, touts les choses sont sentier avec givre. -JR

.

1080de 'merveille'merveilleuxfantastique, formidable, extraordinaire, remarquable -SWLes contes de fées sont merveilluese. -SW

.

1265de 'dé-' et 'gel'le dégelFonte des neiges. -JRSi le steak est gelées, ensuite il a besoin de dégel. -JRSi le steak est gelé... AT

.

1380réfection de 'glicier' (avant 1191), ce mot représente le croisement de l'ancien français 'gliier' (glisser), issu du francique 'glidan', et du verbe 'glacier' (glacer) employé au XIIe siècle au sens de 'glisser'glisserse déplacer par l’élan particulièrement sur la glace. -SRRCe matin J'ai glisse dans les escaliers. Ça m'a fait mal. -SRR

.

XVe siècleforme contracté de 'verreglaz' (1195), de 'verre' et 'glas, glaz' forme ancienne de 'glace'le verglasGlace noire ou la glace sur la rue -JHOn doit conduire prudemment en hiver dans Minnesota parce que le verglas est dangereux. -JHMon ami a eu un accident de voiture à cause du verglas. -CL

.

1613participe passé de 'verglacer'verglacéQuand quelque chose, comme une rue, est couvert en neige et en glace. -KGEn Alaska, pendant l'hiver, les routes sont toujours verglacée. -KGEn Alaska, pendant l'hiver, les routes sont toujours verglacées. -SW

.

1557emprunté à l'ancien italien 'risco', qui représente le latin médiéval 'risicus'. Certains pensent que ce mot vient du latin 'resecare' (enlever en coupant), mais d'autres pensent que le mot vient de 'rixicare', élargissement du latin classique 'rixare' (se quereller, comme dans 'Le dieu du carnage' !) par un développement des valeurs de 'combat' et de 'résistance' à celle de 'danger'. Le mot est d'abord féminin, puis au XVIIe siècle le genre masculin l'emportele risquequelque chose que vous faites peut être va provoquer une situation dangereuse. --TGParfois vous ne serez jamais réussir si vous n'êtes pas prêt à prendre le risque.--TG

.

1832de 'déraper' (d'abord un terms maritime)le dérapage

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.